Jean-Louis Costes souhaite réaffirmer sa sympathie et son soutien aux agriculteurs en souffrance.

Il regrette que le Gouvernement, une fois encore, ne semble pas prendre la mesure des difficultés rencontrées par le monde agricole. En effet, les aides d'urgence ne pourront apporter qu'un appui provisoire.

La question des prix est aujourd'hui au centre des débats, quand celles des coûts de production est à peine abordée : pourquoi produire de la viande en France est-il si coûteux que même des prix de vente élevés (les plus élevés d'Europe) ne permettent pas aux éleveurs de gagner leur vie ?

Nos agriculteurs sont des chefs d'entreprises. Comme nos artisans, commerçants ou TPE, ils sont écrasés par le poids de charges et de normes coûteuses et inapplicables, qui nuisent à leur compétitivité. Pour Jean-Louis Costes, c'est à ce niveau que le Gouvernement doit prendre ses responsabilités et c'est la position qu'il continuera à défendre à l'Assemblée nationale.