Comme à son habitude, M. Cassany s'est lancé cette semaine dans une action de communication ponctuée de quelques considérations politiciennes qui lui sont propres (à lire ici). Une action de communication orchestrée autour d'un déplacement à Paris pour poser une question sur l'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique de la RN 21. Un dossier de la RN 21 qu'il semble soudainement redécouvrir et dont il ne connaît visiblement pas le fonctionnement. 

En effet, ce projet, engagé depuis de nombreuses années, concerne de multiples acteurs. Les arbitrages liés aux CPER (Contrat Plan Etat-Région) sont en cours et je les suis de près pour faire avancer au mieux cet important dossier. De multiples échanges et réunions ont eu lieu à ce sujet avec, notamment, le Préfet de Lot-et-Garonne, le Préfet de Région ou encore le Président du Conseil régional. En revanche, lors de ces différentes réunions, M. Cassany a toujours brillé par son absence. Son déplacement à Paris était en ce sens parfaitement inutile puisque, s'il s'était tourné vers ceux qui travaillent au quotidien dans le département sur ce dossier, il aurait eu une réponse immédiate. M. Cassany semble, une nouvelle fois, se réveiller brutalement alors que tout le monde est sur le pont depuis longtemps.

Cette gesticulation médiatique illustre parfaitement l'attitude de Monsieur le maire de Villeneuve-sur-Lot qui refuse clairement de travailler avec le député. Contrairement aux autres maires de la circonscription qui se tournent naturellement vers leur député sur différents sujets, M. Cassany n'a jamais engagé aucune démarche auprès de lui, s'évertuant même à l'écarter dès qu'il en a l'occasion. Or il ne peut ignorer que le député dispose d'une permanence parlementaire à Villeneuve-sur-Lot. Une permanence où il reçoit chaque semaine des Villeneuvois qui se sentent insuffisamment accompagnés par la mairie, mais aussi des élus et des administrés de l'ensemble de la circonscription : car, contrairement au précédent, l'actuel député n'est pas exclusivement celui de Villeneuve-sur-Lot, mais celui des 116 communes de son territoire.

Où était, par ailleurs, M. Cassany quand il a fallu se battre pour défendre les 150 emplois de l'entreprise de Villeneuve Pet Food (aujourd'hui Deuerer Petcare France) et les familles villeneuvoises concernées ? Il serait bon de lui rappeler que le député était à leurs côtés pendant des mois et est allé porter le fer directement auprès du cabinet du ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg. Le maire, lui, était aux abonnés absents.

Et que fait M. Cassany dans le dossier de restructuration du centre de détention d'Eysses ? C'est bien vers le député que se sont tournés la direction et le personnel de l'établissement. Ce projet, complexe mais crucial pour le territoire, n'est pas suivi par le maire de Villeneuve-sur-Lot. En dépit des promesses de M. Cahuzac, rien n'a été fait. J'ai donc saisi le ministère de la Justice pour faire avancer les travaux de restructuration de l'établissement. Conscients de l'urgence de la situation, les services du Ministère ont entendu le message que je leur ai envoyé. Dans l'attente d'arbitrages financiers favorables, je travaille en contact étroit avec le ministère et l'administration pénitentiaire.

Aussi serait-il bon que M. Cassany comprenne, enfin, qu'en politique, c'est, avant tout, le travail quotidien qui fait avancer les choses et non les procès d'intention ou les coups d'éclat médiatiques.