Communiqués et tribunes

29/05/2015

courrier CARSATLe 6 mai dernier, dès l'annonce des évolutions à venir pour l'agence villeneuvoise de la CARSAT, Jean-Louis Costes avait demandé à la direction régionale de cet organisme des précisions sur ses projets pour le territoire.

La réponse reçue ce jour de madame Joëlle Servaud-Traniello, directrice adjointe de la CARSAT Aquitaine, est très insatisfaisante.

Lire la suite...

24/05/2015

A cœur vaillant, rien d'impossible. Cette formule consacrée résume parfaitement la saison des Agenais qui s'est donc achevée, pour notre plus grande fierté, cet après-midi par une remontée en Top 14.

Lire la suite...

21/05/2015

tribune réforme du collègeBannis de l'école depuis plus de 25 ans, le savoir, l'apprentissage et la connaissance ne sont pas prêts de retrouver leur place avec la nouvelle réforme du collège. Les élèves peuvent donc se réjouir : oui, l'école est vraiment finie !

Depuis 1989, et la loi d'orientation dite « Loi Jospin », ce n'est plus le savoir mais l'élève qui est au cœur des préoccupations de l'école. Un principe qui a conduit à la destruction accélérée de l'école de la République. En retirant le pouvoir au savoir et à ceux qui le transmettent, on a tout simplement donné le choix aux élèves de s'intéresser ou non à l'école. Charge ensuite au corps enseignant de s'adapter.

Lire la suite...

13/04/2015

A la suite de son intervention du 24 mars dernier, Michel Laforcade, directeur général de l'Agence Régionale de Santé (ARS) d'Aquitaine, a informé Jean-Louis Costes qu'un délai de trois mois supplémentaires serait accordé à l'activité de Soins de suite et de Réadaptation (SSR) du Centre hospitalier de Penne d'Agenais, afin de que "sa direction puisse préparer l'avenir de l'établissement".

Contrairement à Pierre Camani et à Bernard Barral, qui ont reçu cette information comme une bonne nouvelle, Jean-Louis Costes estime qu'elle n'est pas acceptable.

Ce délai supplémentaire obtenu n'est qu'un sursis qui ne remet pas en cause la décision de l'ARS. En ce sens, elle témoigne d'une politique désastreuse en terme de santé pour les territoires ruraux. Jean-Louis Costes dénonce une politique territoriale qui sacrifie systématiquement le monde rural, lequel voit, à chaque nouvelle décision, son avenir s'assombrir davantage.