LaDépêche AGChasse2017Engagés, les chasseurs ? Engagés politiquement s'entend ? On pourrait le croire à l'écoute ou la lecture des débats qui ont animé le congrès de la Fédération départementale de chasse, samedi matin à Fargues-sur-Ourbise. En l'absence de Michel Auroux, empêché pour des raisons de santé, c'est le vice-président, Christian Baudas, dans le cadre d'une délégation temporaire de pouvoirs, qui dirige la fédération. Et c'est lui qui, en adressant des messages forts de soutiens et de remerciements à Jean-Louis Costes, député et candidat à sa propre succession, a tiré le bilan de 5 années du quinquennat Hollande. Et comme on dit au stand de tir, «ça tire dans tous les coins...»

Morceaux choisis. «Pour un président de la République normal, qui avait annoncé qu'il fallait arrêter de faire des lois sur la chasse, nous avons été servis au cours des cinq dernières années. La loi Agriculture, qui est venue ajouter de nouvelles responsabilités aux chasseurs, notamment dans le domaine sanitaire, et la loi Biodiversité, qui a suscité 2 ans de débats, doivent en être la meilleure illustration! Bien évidemment, tout cela ne devait avoir aucune conséquence. Les épisodes récents de grippe aviaire nous l'ont montré, la chasse comme l'élevage ont été victimes des mesures prises pour lutter contre le mal, encore plus que du mal lui-même! Il ne faudrait pas oublier la Loi Taubira, qui a inscrit dans le Code civil que « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité.» Pourquoi tant d'énergie consacrée à contraindre la ruralité? Pourquoi ce désir de la voir ployer face aux diktats idéologiques d'un parisianisme écolo bon ton et en décalage complet avec la vraie vie...»

Nicolas Hulot ? «Nous ne pouvons en attendre que du mal...»

Les végétariens, les végétaliens, les végans ont eu droit eux aussi à quelques bons mots, «pour eux, il serait scandaleux de tuer des animaux pour les manger, ce serait un crime même. Les courants de pensée qui gravitent autour du véganisme portent ce message, prêchent en haut lieu et parviennent à convaincre jusque dans les sphères citadines, là où les décisions se prennent.»

Enfin, dernière salve et non des moindres, contre le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot : «Tout simplement, il nous déteste. C'est une véritable provocation de la part du président de la République nouvellement élu. Nous devons nous mobiliser dans les campagnes contre cette imposture. La chasse se trouve depuis le début de semaine sous la tutelle d'un ministre dont nous ne pouvons attendre que du mal.» Reste que la chasse, dans le département, c'est 307 sociétés communales de chasse et associations communales de chasse agréées, regroupent la très grande majorité des 14 500 chasseurs du département. Un poids qui donne à la fédération une puissance dont elle connaît l'importance.


(© La Dépêche du Midi)