LaDépêche TravauxAvUsineFumelLe plat de résistance de ce premier conseil municipal de l'année, qui s'est tenu jeudi soir, avait pour nom le DOB, autrement dit le débat d'orientation budgétaire, qui prépare l'élaboration du budget définitif, d'autant plus important qu'il détermine le programme des réalisations pour l'année en cours.

Dans sa présentation, le maire, Jean-Louis Costes, expliquait les principales règles qui avaient régi son élaboration :

« Nous avons eu tendance à minorer les recettes et à surestimer les dépenses pour éviter les mauvaises surprises en cours d'exercice. Nous avons également voulu dégager une marge d'autofinancement pour limiter le recours à l'emprunt et diminuer ainsi l'endettement de la commune. Un autre objectif est de maîtriser le « budget énergie ». Enfin nous ne voulions pas augmenter les taux d'imposition municipaux qui seront adaptés afin de ne pas provoquer une hausse de la fiscalité pour les Fumélois en raison de l'harmonisation imposée par la création de la nouvelle communauté de communes ».

Les principaux projets d'investissements, sous réserve de financements, sont les suivants : un espace couvert à l'école Jean-Jaurès ; la rénovation du bâtiment du CMPP (centre médico-pédagogique) ; le projet de rénovation de l'avenue de l'Usine ; la rénovation de l'éclairage public ; les travaux sur la Voie verte (voirie et sécurisation) ; l'opération façade qui se poursuit ; des radars pédagogiques au Passage...

Gilles Daubas souhaitait des informations complémentaires concernant l'aménagement de l'avenue de l'Usine. Marylou Talet prenait la parole : « Les travaux ne sont pas prévus avant 2018. Auparavant, au mois de mars, il y aura un échange avec les bureaux d'étude. Puis, le 13 avril, la population sera consultée. Vers la fin de l'année, le cabinet retenu présentera le projet définitif qui prendra en compte, dans la mesure du possible, les remarques des uns et des autres ».

Gilles Daubas s'inquiétait de l'évolution des dotations de l'Etat. Jean-Louis Costes lui répondait : « Je ne suis pas Madame Soleil mais je crains que cette baisse ne perdure». Puis Brigitte Bayle s'interrogeait sur le devenir de l'ancienne caserne des pompiers. J.-P. Mouly expliquait : « En raison de l'état des bâtiments, elle ne peut servir que de lieu de stockage : rôle qu'elle joue parfaitement car tout est plein ».

Le dernier point important abordé concernait les subventions aux différentes associations de la commune qui, dans l'ensemble, sont les mêmes que l'année passée.

(© La Dépêche du Midi)