LaDépêche TravauxMairieStSylvestreLe 7 novembre dernier, Yann Bihouée, maire de Saint-Sylvestre, inaugurait l'achèvement des travaux d'aménagement de la mairie en présence de Thierry Mailles, sous-préfet ; Jean-Louis Costes, député ; Bernard Barral, conseiller départemental ; Marie-Thérèse Pouchou, présidente de la communauté des communes de Penne-d'Agenais, des maires de la communauté des communes et du personnel municipal.

Par la nécessité de la réglementation ADAP, la mise aux normes d'accessibilité devait être programmée et l'idée d'une vraie transformation de la mairie était bien présente à l'esprit des élus. Une démarche interactive à laquelle ont participé personnels et élus et qui fut indispensable à la qualité de cette réalisation. Les travaux ont commencé en janvier 2016 pour se terminer le 20 juillet. Ce bâtiment devint la mairie sous la mandature de M. Chambanneau qui en fit l'acquisition en 1995. Des travaux ont été réalisés en 1981 puis en 1991 mais n'avaient pas permis de suivre l'évolution en matière de qualité de travail et d'accueil ou de consommation d'énergie. Les locaux peu spacieux étaient mal adaptés aux règles actuelles du travail pour les employés.

Les travaux d'aménagement offrent de meilleures conditions pour l'accueil du public, au secrétariat et lors des séances du conseil municipal ainsi que pour les mariages. La mairie peut accueillir toutes les personnes sans distinction dans l'ensemble du bâtiment.

L'ensemble des travaux de la mairie, ainsi que des honoraires du bureau d'architecte et de maîtrise d'œuvre, s'élèvent à 402 028 €. Ce projet a été rendu possible grâce à l'aide de plusieurs partenaires dont les participations cumulées s'élèvent à 167 500 € (soit près de 41,66 % du total). L'État par le biais de la DETR (Dotation d'équipement pour les territoires ruraux) pour 77 500 €. Le conseil départemental pour 90 000 € dans le cadre d'un contrat environnement rural. La communauté de communes de Penne-d'Agenais avec un fonds de concours de 54 500 €. Le solde du coût du projet a été constitué par un emprunt de 180 000 € à taux 0 auprès de la Caisse des dépôts et consignations dans le cadre d'un programme spécifique croissance verte.

(© La Dépêche du Midi)