Interrogé sur le débat concernant la réserve parlementaire et les conséquences de l’affaire Cahuzac sur l’attribution de ces fonds à certaines associations aujourd’hui plongées dans une situation problématique (Villeneuve XIII, jumping de Villeneuve), Jean-Louis Costes a expliqué dans quelles mesures il allait user de sa réserve qui sera bien moins élevée que celle de Jérôme Cahuzac qui, quand il présidait la commission des finances disposait de 1,2 million d’euros.

Transparence

Selon la nouvelle politique en vigueur, son successeur ne devrait disposer que de 130 000euros comme d’ailleurs la quasi-totalité des députés, quel que soit leur groupe politique. Ce qui, selon l’intéressé, est « un mieux ». « Auparavant, les montants distribués étaient calculés à la tête du client. Ce n’était pas sain. La réserve parlementaire, c’est l’argent public. Sa destination doit être transparente. Jérôme Cahuzac n’a jamais communiqué sur le sujet. Ce qui était scandaleux. En ce qui me concerne, je publierai vers qui et à quoi ma réserve parlementaire servira. Mais d’ores et déjà, je peux assurer que je ne l’affecterai qu’à de l’investissement et en aucun cas à du fonctionnement. Cela relève de la compétence des collectivités et pas de la réserve parlementaire ». Villeneuve XIII qui percevait 40 000 euros de la réserve de Jérôme Cahuzac devra donc chercher ailleurs. « Si c’est pour l’achat de matériel pourquoi pas, précise Jean-Louis Costes. Mais concernant son budget de fonctionnement, le club devra s’adresser à la mairie de Villeneuve qui a un choix politique à faire. Soit elle considère que le club de XIII à Villeneuve est une chose importante et elle agit en conséquence soit elle le juge anecdotique et elle en tire les conséquences ». Même analyse concernant le jumping de Villeneuve-sur-Lot. « L’équilibre financier de cette manifestation est à revoir. On ne peut pas pérenniser un tel événement sur de la réserve parlementaire. Ce n’est pas raisonnable ».

(©Sud-Ouest)