LaDépêche-CombatMonbalen2015Le devoir de mémoire n'est jamais un vain mot à Monbalen. Beaucoup de monde autour du maire Denis Calligaris, Marie-France Salles et Bernard Barral Conseillers départementaux, Jean-Louis Costes député maire, représentant de l'ANACR, Raymond Grenier maire honoraire de Monbalen, maires des communes avoisinantes, porte-drapeaux, sapeurs pompiers et villageois. Nous reproduisons ci-après et pour partie l'historique de cette tragédie et l'hommage de Denis Calligaris pour ce 71e anniversaire du 16 Juin 1944.

"Les soldats de l'armée nazie accompagnés de miliciens, tous sous uniforme SS, font irruption dans la salle du café de Monbalen où sont assemblés les agriculteurs de la commune en vue de déclarer les récoltes restant à livrer en exécution d'un arrêté préfectoral. Des délateurs avaient, en effet, dénoncé cette réunion comme ayant pour objet de ravitailler le maquis en blé et en armes. Une dizaine de participants, choisis parmi les plus jeunes vont être sur le point d'être fusillés quand un combat s'engage avec des maquisards en mission. A l'issue d'une bataille d'une vingtaine de minutes, les résistants, ayant épuisé toutes les munitions, succombent. Il s'agissait de Pierre Ferrand, Eugène Miclos et Georges Hortion. Trois agriculteurs, Léopold Filhol, Roger Séguy, Jean Vergnères seront fusillés après avoir été torturés. Un 4e Antoine Dalban, sera abattu dans son champ.

Le devoir de mémoire est plus que jamais à l'ordre du jour. La barbarie de l'époque a laissé des traces douloureuses un peu partout en France. A St Pierre de Clairac, Castelculier, Tulle, Oradour sur Glane, Astaffort, le 16 juin Monbalen, Tournon d'Agenais, Tourliac, Maillé en Indre et Loire ... Sans oublier les 1200 détenus de la centrale d'Eysses qui ont transité par Penne- d'Agenais avant d'être déportés à Dachau."


La Dépêche du Midi)