SudOuest-ElusCastillonnèsJean-Louis Costes avait invité tous les élus de l'ancien canton de Castillonnès à échanger, jeudi soir, dans la salle de Carbonnier. Une trentaine ont répondu à l'invitation. Il s'agissait, pour le député, « de débattre de l'actualité nationale, des préoccupations locales et de faire le lien entre la réalité du terrain et les bancs de l'Hémicycle. Le tout en dépassant les politiques partisanes ».

 

Sur ce point, force est de constater que l'élu UMP a tenu un discours modéré, répondant aux questions pédagogiquement, de manière nuancée, cherchant à vulgariser l'action gouvernementale. Sur les dossiers économiques, le maire de Fumel a même semblé en phase avec la politique menée par Manuel Valls, bien que, selon lui, le rythme des réformes ne soit pas assez soutenu.

Autour de la loi NOTRe

L'essentiel des échanges a porté sur la loi NOTRe, la réforme territoriale, responsable de la fusion des régions et de la transformation des Conseils généraux en Conseils départementaux. Localement, les préoccupations des élus portent essentiellement sur l'avenir des petites communes. Une rumeur, relayée par Jean-Louis Costes, fait état de l'intention du Premier ministre de supprimer les communes de moins de 1 000 habitants, impliquant ainsi une fusion des petits villages. L'objectif serait de faire des économies.

Des mutations à venir

Sans soutenir ni critiquer cette hypothétique décision, le député a indiqué que la marche de l'Histoire allait vers la création de grandes intercommunalités d'au moins 20 000 habitants et la fin des départements, au profit de grandes régions, à la mode des Landers allemands ou des communautés autonomes espagnoles. Dans l'objectif de rendre la France et l'Europe compétitives face aux géants que sont l'Inde, la Chine, la Russie ou les États-Unis.

Aujourd'hui, l'État français incite donc ardemment les communes à fusionner, leur proposant même des avantages financiers. Dans le même esprit, Jean-Louis Costes, répondant à une question du maire de Castillonnès, Pierre Sicaud, sur l'avenir des Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et des hôpitaux ruraux, a expliqué qu'à terme, on en viendrait à des Ehpad communautaires et de grands centres hospitaliers, à l'image du Pôle de santé du Villeneuvois. Bref, pour le député, les territoires ruraux doivent s'attendre à subir de profondes mutations.

(© Pierre-Antony Épinette - Sud Ouest)