LaDépêche-JuppéSteLivradeLe maire de Bordeaux et candidat à la primaire de l'UMP en vue de la présidentielle de 2017, Alain Juppé soi-même était, hier après-midi, en visite à Sainte-Livrade, chez Patrick Jouy, fraisiculteur. Une visite qui répondait à l'invitation lancée par le député UMP de Villeneuve-Fumel, Jean-Louis Costes, et qui s'inscrit dans la démarche de consultation que l'ancien Premier ministre indique conduire cette année :

«Je suis à l'écoute des Français. J'étais mercredi à Toulouse, aujourd'hui (hier, NDLR) ici en Lot-et-Garonne. J'écoute et, le moment venu, j'utiliserai toutes ces contributions pour bâtir des propositions.» La visite de l'exploitation de Patrick Jouy, qui va doubler de taille d'ici 2016 et passer de 200 à 400 tonnes de fraises produites, essentiellement des Ciflorettes, a été l'occasion pour l'agriculteur d'insister auprès du responsable politique sur la pénurie de main-d'œuvre dans l'agriculture : «On ne trouve pas d'ouvriers en France. Nous faisons venir des Polonais qui sont contents de travailler. Il y a un vrai problème de formation : la voie professionnelle a toujours mauvaise image, il faut changer ça.»

Deux heures de débat

Saisissant la balle au bond, le maire de Bordeaux acquiesçait : «C'est une question complexe car il faut faire comprendre aux parents qu'il y a du travail dans ces voies professionnelles. C'est aux décideurs de faire en sorte de revaloriser ces filières. Mais ça fait 30 ans qu'on dit qu'il faut le faire et ça ne marche pas. C'est un vrai sujet.» Il a ensuite participé, au Temple-sur-Lot, à une table ronde avec des chefs d'entreprise, agriculteurs, médecins, afin d'évoquer les problèmes du territoire villeneuvois et les attentes de ses acteurs. «Deux heures de débat pour écouter et mieux prendre en compte les préoccupations d'un territoire rural, moi qui suis ancré dans l'urbain au quotidien», a-t-il commenté à l'issue de la réunion. «Les participants m'ont indiqué les difficultés qu'ils rencontraient en matière fiscale, parlé de la désertification médicale et des réponses intéressantes mises en place avec les maisons de santé.» Avant de conclure : «Je suis en phase d'écoute, de réflexion, de travail.»

 

Jérôme Schrepf

(© La Dépêche du Midi)